Occulter la vérité

Publié le 13 décembre 2016

CONCOURS DE REPORTAGES. « J'ai des religieuses et un évêque parmi mes clients. J'ai des fonctionnaires qui font plus de 120 000$ par année. Ces gens viennent acheter des produits ésotériques, tout comme la sorcière qui vient magasiner son encens et ses chaudrons», déclare Diane Loiselle, propriétaire de la boutique Mystral, à Joliette.

Pierres et herbes aux propriétés magiques, capteurs de rêves, croix et chapelets, cartes de tarot et boules de cristal, voilà un mince échantillon de tout ce qui occupe les lieux dans un savant bazar. Mais ce n'est rien comparé à toutes les formes d'ésotérisme qui existent. Tandis que certains se contentent d'huiles essentielles aux multiples vertus, d'autres s'intéressent plutôt aux rituels de sorcellerie, appelés Wicca, à la voyance ou encore aux exorcismes. «L'ésotérisme, c'est un peu tout ce qui n'est pas tangible, tout ce qui est énergie», explique Mme Loiselle.

Normand Seguin, lui, tire aux cartes de façon professionnelle depuis plus de 30 ans, offrant des consultations aux gens qui désirent savoir ce que l'avenir leur réserve. Il prétend avoir aidé, entre autres, à résoudre l'affaire du meurtre de Micheline Vadnais, une résidante de Sainte-Émélie-de-L'Énergie dont le corps restait introuvable pour les policiers. «Ce n'est pas sorcier, dit-il. L'être humain a un cerveau incroyable, mais la plupart des gens n'en utilisent qu'une petite partie.»

Mme Loiselle et M. Seguin ont tous les deux commencé à explorer l'univers de l'occultisme à l'adolescence. «Au début, tout le monde fait ça pour le kick, mais quand ça fonctionne une fois, tu réessaies encore et encore. Ça devient réel pour toi», raconte-t-il. Pour la famille Seguin, c'est chose du commun de lire dans les cartes et de communiquer avec les esprits. De descendance noire et amérindienne, la famille adhérait aux rites animistes des premiers peuples depuis plusieurs générations. Mme Loiselle a pour sa part commencé à lire les cartes avec sa cousine, quand elles étaient jeunes. Ce n'est toutefois qu'à 50 ans qu'elle a pleinement accepté sa «voix intérieure», quand un autre voyant lui a annoncé qu'elle mourrait dans l'année si elle ne changeait pas de mode de vie.

 «La vie va vite, il faut toujours courir de tous bords, tous côtés», confie Mme Loiselle en se remémorant sa vie d'avant. S'il est vrai que l'ésotérisme permet à beaucoup de gens de se ressourcer et de réfléchir sur leur vie, il faut dire que l'idée menaçante de la théorie du complot ne flotte jamais bien loin. «Les livres d'histoire ne nous racontent pas toujours la vérité», croit-elle. D'autres poussent même la théorie jusqu'à affirmer que nous descendons des extraterrestres.

«Le problème avec la plupart de ces théories, c'est qu'elles sont infalsifiables, affirme Jean-François Lemieux, professeur de philosophie au cégep de Joliette. Même si tu essaies de discuter avec les gens qui les défendent, ils utiliseront tous les sophismes possibles et inimaginables pour te contredire.» Et c'est la même chose lorsqu'on demande à un voyant de nous lire notre avenir : réponses vagues qui conviennent à tous, explications qui sautent du coq à l'âne, affirmations optimistes qui font plaisir à entendre... «Les gens vont un peu chercher la même chose dans l'ésotérisme que dans la religion. Ça les rassure, ça donne du sens à l'absurdité de la vie. L'effet placebo explique également le succès de ces croyances», conclut le professeur.

Certes, même si aucune manifestation paranormale n'a jamais été démontrée scientifiquement, il n'en reste pas moins que la science n'a pas non plus de preuves contre l'existence de tels phénomènes. «Même si j'ai tout imaginé, j'ai quand même ressenti quelque chose et ça, c'est important, soutient M. Seguin. De l'énergie a été déployée dans mes sensations et si cette énergie n'est pas surnaturelle, je ne sais pas d'où elle vient.»

Sandrine Ducharme