Mylène Durand explore l'image de la mère

Élise Brouillette elise.brouillette@tc.tc
Publié le 5 novembre 2014
L'auteure Mylène Durand a grandi à Joliette.
gracieuseté - Élizabeth Delage

Après avoir publié « L'Immense abandon des plages » en 2009, l'auteure Mylène Durand est de retour avec un deuxième roman, « La Chaleur avant midi ».

Ce nouveau récit plongera le lecteur au cœur du Costa Rica, là où Clarisse, une Québécoise qui a tout abandonné derrière elle, est venue refaire sa vie. Le passé semble bien loin derrière celle qui est devenue femme de chambre dans une station balnéaire, jusqu'à l'arrivée d'Éloïse. Éloïse, cette jeune touriste étrange de qui tout le monde se méfie. Éloïse, cette jeune femme qui ressemble à la fille que Clarisse a laissée derrière.

En entrevue avec le journal, Mylène Durand explique qu'alors que son premier roman mettait en relation la mère et le deuil, « La Chaleur avant midi » reprend cette thématique, mais en mettant cette fois de l'avant une image non traditionnelle de la mère, celle de la mère qui se sentait prisonnière de sa propre vie et qui a souhaité tout recommencer. Mais l'histoire démontrera que l'on ne peut pas tout oublier…

Pour l'auteure, cette relation à la mère, ce lien fondateur, est tout simplement fascinante. « Je pense que c'est un thème qui sera présent dans tous mes écrits. C'est une thématique qui me parle beaucoup. »

L'écrivaine a entre autres choisi de donner vie à ses personnages au Costa Rica pour sa beauté majestueuse. « Les paysages m'ont inspirée. La nature est tellement présente. C'est le meilleur endroit pour catalyser toutes sortes d'émotions. » Elle souligne que dans le livre, la nature, la mer, les volcans et les animaux sauvages sont pratiquement comme des personnages à part entière. « Ils sont le reflet des émotions des personnages, que ce soit la peur, la panique ou même le bien-être. »

L'omniprésence de la chaleur est évoquée dans le titre. Mylène Durand raconte qu'au Costa Rica, il fait déjà chaud au lever et que le soleil peut finir par devenir un ennemi.

Une touche lanaudoise

Mylène Durand a grandi à Joliette. Son père est aussi originaire de Saint-Jean-de-Matha. Même si ce n'est pas explicitement écrit dans le roman, elle confie que pour elle, il est évident que la maison d'adoption où Clarisse a vécu étant jeune est située en campagne, dans un environnement tel que celui où son père est né.

Son premier roman a fait l'objet de lectures théâtrales par le collectif À voix haute, une expérience qui l'a ravie. Elle espère bien que de nouveaux projets en lien avec cette deuxième publication seront initiés dans la région.

Sinon, l'écrivaine travaille actuellement sur un troisième roman qui racontera l'histoire d'une de ses aïeules qui était amérindienne. À travers ce livre, elle plongera à travers une nouvelle facette de la mère, soit le sacrifice.