La carrière florissante de Patricia Bellerose

Au Québec comme aux États-Unis

Geneviève Geoffroy genevieve.geoffroy@tc.tc
Publié le 28 août 2013

Partageant son temps entre son travail de factrice à Joliette et ses pinceaux, la carrière artistique de Patricia Bellerose a plus que pris son envol. Une bonne nouvelle pour celle qui chérit l'idée de vivre de son art dans le futur.

Celle qui a toujours aimé mettre en image ce qu'elle voit fait non seulement partie des 20 finalistes de la neuvième édition du Concours national de peinture, dont les œuvres seront exposées à Baie-Saint-Paul à compter du vendredi 6 septembre ainsi que durant la tenue de la 23e édition du festival de peinture Rêves d’automne, elle a également été désignée grande gagnante de «PleinAir Magazine», publié aux États-Unis une fois par deux mois, pour les mois d'avril/mai, avec son œuvre Roxanne au jardin qui a aussi remporté les honneurs dans la catégorie «Meilleure œuvre florale». Cette grande nomination lui permet d'être en lice à la troisième édition du «PleinAir Salon Competition», qui s'inscrit dans l'esprit du salon de l'Académie des Beaux-Arts à Paris, et d'ainsi remporter le grand prix de 15 000$. Six gagnants bimestriels s'affronteront lors de ce salon-concours qui aura lieu en Californie, en avril.

«C'est une grosse nouvelle! C'est un voyage dispendieux, mais j'espère pouvoir y aller!», lance Patricia Bellerose qui se définit comme une artiste touche-à-tout. «Je n'ai pas de spécialités en paysages, en fait, c'est le portrait ma force.» C'est justement avec le portrait du Marino Tavares du Ferreira Café situé à Montréal que Patricia Bellerose s'est taillé une place au Concours national de peinture à Baie-Saint-Paul. Dans Roxanne au jardin, la résidente de Lanoraie a d'abord voulu immortaliser le portrait la fille d'un couple d'amis, les propriétaires du café-bistro Brûlerie du Roy, à Joliette, qui s'aventurait dans les jardins communautaires sur Base-de-Roc.

S'implanter aux États-Unis

Si elle est surprise de cette nomination, Patricia Bellerose n'est pas surprise que ses œuvres plaisent à nos voisins du Sud: elle s'identifie un peu plus aux artistes américains. «Je sens que c'est plus facile pour moi là-bas», confie celle qui caresse l'idée d'implanter son art aux États-Unis.

Si elle a des visées sur d'autres contrées, notons que Patricia Bellerose en déjà en train de conquérir les contrées québécoises. Peignant seulement depuis 2005, elle est actuellement exposée au cœur de quatre galeries au Québec, dont la Galerie Archambault, à Lavaltrie, où une exposition est justement prévue en octobre. L'artiste a également l'intention d'offrir des ateliers de peinture en plein air. Le premier atelier serait offert en octobre également.

La remise des prix du Concours national de peinture aura lieux lors de l’ouverture du festival Rêves d'automne, le 27 septembre.