Le safran continuera à fleurir dans Lanaudière


Publié le 18 avril 2017

Micheline Sylvestre compte avoir une belle récolte de safran cet automne.

©gracieuseté

AGRICULTURE. Malgré que sa maison ait brûlé cet hiver pour la deuxième fois en 20 ans, Micheline Sylvestre d'Emporium Safran Québec entend continuer à produire du safran sur sa terre de Saint-Damien.

Ses produits transformés et une partie de sa récolte de l'année précédente ont été perdus dans le violent incendie qui a ravagé sa résidence le 25 décembre dernier, mais pas question pour Micheline Sylvestre d'abandonner sa production de safran. «Les bulbes étaient bien en sécurité dans la terre et ils n'ont rien vu de l'incendie! Et je suis en train d'en racheter d'autres pour agrandir.»

Elle avoue quand même avoir vécu un moment de découragement en voyant sa belle maison ancestrale, datant de 1890, être détruite par les flammes. « Vivre deux incendies dans sa vie... c'est très perturbant,» confie-t-elle, les yeux songeurs. La première fois, la maison n'avait été brûlée qu'en partie, mais cette fois, le feu, particulièrement violent, n'a rien épargné.

«Je me suis vraiment demandé si j'allais reconstruire là et continuer ma production de safran. Finalement, la Municipalité de Saint-Damien m'a proposé une aide financière et j'avoue que ça a beaucoup compté dans ma réflexion pour choisir de rester.» Mais avant tout, c'est sa passion pour l'épice précieuse qui a fait pencher la balance. «Je suis trop passionnée! Il y a tellement de possibilités avec le safran, et tout est à faire!»

Celle qu'on surnomme Madame Safran ne manque pas de projets. En plus de reconstruire sa maison, elle s'implique activement dans le développement de la filière safran, en pleine émergence au Québec. Parmi les premières productrices à commercialiser son produit depuis qu'elle a débuté en 2014, Micheline Sylvestre détient déjà une expertise précieuse et fait figure de référence pour les nouveaux producteurs en démarrage.

Rencontrée à l'occasion d'une journée sur le safran, organisée le 12 avril dernier à Trois-Rivières par le MAPAQ en collaboration avec l'Institut québécois du développement de l'horticulture ornementale, elle arrivait tout juste du Vermont où se tenait un congrès sur le même sujet.

«On sent un énorme engouement pour cette culture, autant au Québec, qu'en Europe et aux États-Unis,» explique-t-elle.

Ces nouvelles safranières qui démarrent aux quatre coins de la province sont pour Micheline Sylvestre une belle opportunité de vendre des bulbes. « Je souhaite maintenant développer le marché du reste du Canada,» annonce la dynamique productrice de Saint-Damien.