Manon Massé se porte à la défense des Atikamekw de Manawan

La communauté ne dispose d'aucun service d'ambulance


Publié le 6 juin 2017

Manon Massé somme le ministre de la Santé Gaétan Barrette de mettre en place un système d'ambulance à même la réserve autochtone de Manawan.

©Photo archives

POLITIQUE. La porte-parole de Québec solidaire (QS) Manon Massé somme le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de mettre en place un service d'ambulance à même le territoire de la communauté atikamekw de Manawan.

Mme Massé fait valoir dans une lettre écrite au ministre que trois décès seraient survenus depuis 1998 à Manawan, puisque la communauté ne dispose d'aucun service ambulancier. L'Action rapportait d'ailleurs, en septembre 2016, le décès d'une fillette de huit ans par noyade. Un incident qui avait relancé le débat sur le manque d'effectif prêt à répondre rapidement aux urgences à même le territoire amérindien.

"La demande de la communauté de Manawan est de simplement faire appliquer la loi. Pour ce faire, il devrait y avoir une ambulance en permanence dans ce village. La présente situation est discriminatoire à l’endroit des Atikamekw. Rien ne justifie de ne pas répondre favorablement à cette demande qui dure depuis plus de 20 ans", s'insurge la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, dans sa lettre au ministre.

Lorsque survient un incident nécessitant une ambulance à Manawan, les résidents font appel aux paramédics basés à Saint-Michel-des-Saints, un village situé à 86 km au sud de la réserve. Les secours mettent environ 1h30 à se rendre sur les lieux.

"En moyenne, les résidents doivent attendre 90 minutes pour des services pré hospitaliers d’urgence. Ce délai est trop long. Vous n’êtes pas sans savoir que selon la règle établie, toute personne doit avoir accès à une ambulance en moins de 30 minutes. Tout délai excédant cela doit être perçu comme allant à l’encontre de la loi", peut-on également lire dans la lettre de la députée.

Rappelons que le conseil de bande de Manawan avait rencontré le ministre de la Santé, en octobre dernier, en ce qui a trait au dossier des ambulances. Selon ce qu'affirme le chef, Jean-Roch Ottawa, aucun suivi de la part du cabinet n'a été effectué depuis.

"On devait, selon ce qui avait été dit, avoir un retour avant les Fêtes. Finalement, on n'a eu aucune nouvelle. On essaie d'avoir de l'information de la part du ministre et il ne nous répond pas", témoigne à son tour M. Ottawa.