La communauté et les élus se mobilisent en soutien aux Atikamekw


Publié le 14 juin 2017

Le chef du conseil de bande de Manawan aurait tenu une rencontre plutôt infructueuse avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, le 9 juin dernier.

©Photo TC Media - archives

Ambulance. Après la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, au tour des municipalités de la Haute-Matawinie, des citoyens et du député provincial local de manifester leur appui envers la communauté atikamekw pour l'instauration d'un système d'ambulance à Manawan.

« Les autochtones qui vivent à Manawan sont nos voisins et ils ont tout autant droit à des services d’urgence adéquats que le reste de la population », soutient Réjean Gouin, maire de Saint-Michel-des-Saints, par voie de communiqué.

« Nous appuyons la démarche du chef (Jean-Roch) Ottawa et de son conseil visant à obtenir un service ambulancier à Manawan parce que cette demande est justifiée et raisonnable », écrit pour sa part le maire de Saint-Zénon, Richard Rondeau.

Quant au député de Berthier, André Villeneuve, il a déposé aujourd'hui à l'Assemblée nationale une pétition de 1290 noms provenant des citoyens de Saint-Michel-des-Saints et de Saint-Zénon qui se mobilisent en soutien à la communauté autochtone.

Rappelons que Manon Massé, de son côté, a écrit une lettre au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, la semaine dernière, le sommant d'implanter un système d'ambulance à même le territoire atikamekw, lequel ne dispose d'aucun service capable de répondre rapidement aux urgences.

Lorsque survient un incident nécessitant une ambulance à Manawan, les résidents font appel aux paramédics basés à Saint-Michel-des-Saints, un village situé à 86 km au sud de la réserve. Les secours mettent environ 1h30 à se rendre sur les lieux, soit un délai déraisonnable en regard de la loi, selon les élus. Ils ajoutent que les déplacements d’urgence des services ambulanciers vers Manawan représenteraient 35 % de tous les déplacements sur le territoire.

L'Action rapportait d'ailleurs, en septembre 2016, le décès d'une fillette de huit ans par noyade. Un incident qui avait relancé le débat sur le manque d'effectif prêt à répondre efficacement aux urgences à même le village amérindien.

Une rencontre infructueuse

Lors d’une rencontre tenue  le 9 juin dernier à Québec entre le chef du conseil de bande de Manawan, Jean-Roch Ottawa et le ministre Barrette, ce dernier aurait fait valoir, selon un communiqué transmis par la communauté atikamekw, que l’analyse du dossier n’était toujours pas complétée et qu’elle ne constituait pas une priorité pour le moment.

Le ministre de la Santé aurait laissé entendre que les négociations présentement en cours avec les services ambulanciers de la province devaient être conclues avant le traitement de la demande de la communauté autochtone.