L'Internet dans Lanaudière: une question de besoins

Accessibilité et vitesse

Réjean Turgeon infolanaudiere@tc.tc
Publié le 10 février 2015

Il est pratiquement impossible de gérer une entreprise lanaudoise sans un accès à l'Internet. Les entreprises elles-mêmes l'ont compris.

L'adaptation a été telle que selon des données de l'Institut de la statistique du Québec datant de 2012, 95,6 % des entreprises d'ici, et qui comptaient plus de cinq employés, avaient une connexion Internet haute vitesse. Qui plus est, 21,5 % des entreprises lanaudoises avaient opté pour une connexion Internet à très haute vitesse. Cette dernière donnée place du reste Lanaudière bonne première parmi toutes les régions du Québec devant les grandes villes que sont Montréal et Québec.

Avantages

Selon Ianik Lamontagne, président de IP Communications, une entreprise de consultation informatique et fournisseur de services Internet de Joliette, les connexions internet à haute vitesse comportent de nombreux avantages. Il note d'abord que la migration des achats sur technologies Internet est une source de productivité importante pour l'entreprise, mais est souvent sous-estimée. Les achats sur Internet offrent un choix plus diversifié de produits et permettent de comparer les prix de manière plus efficace. Côté ventes, l'Internet haute vitesse permet la mise en place et la gestion des sites transactionnels qui ont un effet majeur sur les ventes en augmentant la visibilité et en facilitant les transactions.

Communications et télétravail

L'Internet haute vitesse permet d'autre part aux entreprises de communiquer entre elles plus efficacement et à moindres coûts, que ce soit par courriel ou par voix sur IP. Quant au télétravail, monsieur Lamontagne est clair. L'Internet haute vitesse permet aux employés d'accéder à l'entreprise à partir de la maison et sur la route, ce qui augmente la productivité.

Connexions en 2015

Trois ans plus tard, il est généralement reconnu que ce sont les connexions à très haut débit qui ont la cote et qui, aux yeux de plusieurs, constituent la nouvelle norme d'excellence en entreprise. Mais attention diront les experts. La connexion Internet à très haute vitesse n'est pas nécessairement obligatoire. Elle dépend largement des besoins particuliers de la compagnie. « La très haute vitesse s'impose quand vous avez des besoins de diffusion majeurs comme la distribution de vidéos, mais dans la très grande majorité des cas, Internet haute vitesse devrait être suffisant », précise monsieur Lamontagne qui donne en exemple les magasins Patrick Morin. « Au nombre de transactions qu'ils ont, chaque magasin peut avoir un Internet standard, mais le centre de distribution à Saint-Paul qui combine tous ces magasins ensemble, ne peut se satisfaire d'un accès Internet normal » ajoute-t-il.

Muncipalités desservies

Les données de l'Institut de la statistique du Québec nous apprennent par ailleurs que l'accessibilité à Internet peut varier d'une région à l'autre, si bien que trois municipalités lanaudoises, dont Saint-Calixte dans la MRC de Montcalm, Chertsey et Rawdon en Matawinie, figurent sur la liste des 10 villes d'au moins 5 000 habitants les moins bien desservies en services Internet au Québec. « Je ne suis pas surpris, tout est une question de ratio coûts-rentabilité. Ce sont des secteurs où il n'y a pas une grande densité de population par rapport au terrain. Ce sont des entreprises privées qui font la distribution d'un réseau, elles le feront là où ce sera payant de le faire », fait remarquer monsieur Lamontagne.

Les réseaux Wi-Fi

Notre expert estime au final que les réseaux Wi-Fi peuvent être une « solution acceptable » dans les endroits où les technologies haute vitesse traditionnelles ne sont pas disponibles. Il émet cependant quelques réserves. « Les réseaux Wi-Fi publics sont destinés aux utilisateurs et non aux entreprises. Je ne recommande pas aux entreprises de les utiliser puisqu'il n'y a aucune garantie de service et aucune sécurité », devait-il conclure.