2,5 millions de kilomètres sans accident ni contravention

Un camionneur joliettain s'illustre

Alexis Beaudet infolanaudiere@tc.tc Publié le 2 décembre 2011

«Il faut être fier de ce qu'on fait dans la vie», résume le camionneur-philosophe Michel Furlong pour expliquer l'exploit qu'il vient de réaliser.

En treize ans de service et 2,5 millions de kilomètres, celui qui se décrit comme un «bohème de luxe» a réussi l'exploit de ne compter aucun accrochage ni aucun accident à son dossier. Sa devise? «Pout pout pout pout pout. Prends ton temps».

Sur les 228 chauffeurs de Dan Freight System, à Joliette, M. Furlong est le seul à avoir réussi cet exploit. «On songeait à créer un échelon salarial "élite" pour les bons chauffeurs, et huit personnes entraient dans la catégorie. C'est là qu'on s'est aperçu que Michel méritait une catégorie à lui tout seul», explique le superviseur-chauffeur Rosaire Gignac.

Pour le récompenser, le président de l'entreprise Daniel Bérard songe à lui offrir un laminé ainsi qu'un manteau distinctif relatant cet exploit. «D'ordinaire, personne ne reste plus de deux ans sans accrochage ou contravention, le cas de Michel est vraiment rare», poursuit M. Gignac.

Accompagnateur

M. Furlong est décrit par ses patrons comme «l'employé que toutes les entreprises voudraient avoir», par son sens du devoir et son sentiment d'appartenance développé à l'égard de son employeur. Normal qu'il soit tout désigné pour entrainer les «bleus»

«Je l'ai fait mille fois le casse-tête, je le connais par cœur. J'adore transmettre mes connaissances et aider les nouveaux chauffeurs à adopter une conduite prudente», dit-il.

De Joliette à Los Angeles, en passant par l'Oregon, Michel Furlong sillonne les routes de l'Amérique en goûtant le sentiment de liberté que lui procure son métier. La camaraderie des truck-stop, les vastes paysages et un repos bien mérité à Joliette sont le résumé du bonheur selon ce camionneur au regard franc et à la poignée de main solide.

Conseils du pro

Michel Furlong en a fait de la route. Il a développé ses propres trucs pour éviter les accidents en conduite hivernale. Premier truc:«Ne jamais chauffer le pare-brise». En conduisant, chauffez les pieds seulement, de manière à voir la neige entre les essuie-glace et le cadre du véhicule. Si la neige fond, c'est OK. Si elle s'agglutine, c'est que la route est glissante. Deuxième truc: «voyez l'eau geler». Quand la route gèle, l'eau monte moins haut derrière les roues des autos. Troisième truc: «En conduite nocturne, observez les lumières des voitures qui vous précèdent». En passant sur de la glace noire, leur reflet s'étirera un court instant sur la route par effet miroir. On peut le voir à plusieurs centaines de mètres à l'avance et… ralentir.

2,5 millions de kilomètres sans accident ni contravention

Un camionneur joliettain s'illustre

Alexis Beaudet infolanaudiere@tc.tc Publié le 2 décembre 2011

«Il faut être fier de ce qu'on fait dans la vie», résume le camionneur-philosophe Michel Furlong pour expliquer l'exploit qu'il vient de réaliser.

En treize ans de service et 2,5 millions de kilomètres, celui qui se décrit comme un «bohème de luxe» a réussi l'exploit de ne compter aucun accrochage ni aucun accident à son dossier. Sa devise? «Pout pout pout pout pout. Prends ton temps».

Sur les 228 chauffeurs de Dan Freight System, à Joliette, M. Furlong est le seul à avoir réussi cet exploit. «On songeait à créer un échelon salarial "élite" pour les bons chauffeurs, et huit personnes entraient dans la catégorie. C'est là qu'on s'est aperçu que Michel méritait une catégorie à lui tout seul», explique le superviseur-chauffeur Rosaire Gignac.

Pour le récompenser, le président de l'entreprise Daniel Bérard songe à lui offrir un laminé ainsi qu'un manteau distinctif relatant cet exploit. «D'ordinaire, personne ne reste plus de deux ans sans accrochage ou contravention, le cas de Michel est vraiment rare», poursuit M. Gignac.

Accompagnateur

M. Furlong est décrit par ses patrons comme «l'employé que toutes les entreprises voudraient avoir», par son sens du devoir et son sentiment d'appartenance développé à l'égard de son employeur. Normal qu'il soit tout désigné pour entrainer les «bleus»

«Je l'ai fait mille fois le casse-tête, je le connais par cœur. J'adore transmettre mes connaissances et aider les nouveaux chauffeurs à adopter une conduite prudente», dit-il.

De Joliette à Los Angeles, en passant par l'Oregon, Michel Furlong sillonne les routes de l'Amérique en goûtant le sentiment de liberté que lui procure son métier. La camaraderie des truck-stop, les vastes paysages et un repos bien mérité à Joliette sont le résumé du bonheur selon ce camionneur au regard franc et à la poignée de main solide.

Conseils du pro

Michel Furlong en a fait de la route. Il a développé ses propres trucs pour éviter les accidents en conduite hivernale. Premier truc:«Ne jamais chauffer le pare-brise». En conduisant, chauffez les pieds seulement, de manière à voir la neige entre les essuie-glace et le cadre du véhicule. Si la neige fond, c'est OK. Si elle s'agglutine, c'est que la route est glissante. Deuxième truc: «voyez l'eau geler». Quand la route gèle, l'eau monte moins haut derrière les roues des autos. Troisième truc: «En conduite nocturne, observez les lumières des voitures qui vous précèdent». En passant sur de la glace noire, leur reflet s'étirera un court instant sur la route par effet miroir. On peut le voir à plusieurs centaines de mètres à l'avance et… ralentir.