Sections

Une rencontre de consultation qui ouvre des portes

Projet de décret dans le dossier des inondations


Publié le 17 juillet 2017

François Perron (directeur du bureau régional du ministère des Affaires municipales), Eric Doneys (conseiller en sécurité civile) et Alain Latreille (coordonnateur du bureau du ministère du Développement durable et de l'Environnement) ont répondu aux questions.

©TC Media - Pierre Bellemare

INONDATIONS. La soirée du 10 juillet se révèle profitable pour des citoyens de Saint-Barthélemy. Ils ont obtenu des éclaircissements et de l'information utiles après avoir entendu durant une trentaine de minutes parler du décret relatif à la création d'une zone d'intervention spéciale (Z.I.S.) dans les secteurs inondés ce printemps.

Organisée par Québec, la rencontre de consultation sur la Z.I.S. s'est tenue à la salle Rolland-Brunelle du centre culturel de Joliette. Une quarantaine de personnes y ont pris part. Deux agents de sécurité étaient chargés de s'assurer que tout se déroule dans l'ordre. Des assemblées du même genre ont eu lieu dans d'autres régions de la province.

Mécanismes

L'une des questions posées a permis d'apprendre qu'il est possible d'effectuer du remblayage autour d'une maison pour la protéger de la montée des eaux. Il a bien été précisé que cela ne concerne que les résidences. Il n'est pas question du terrain qui les entoure.

De plus, une demande doit être présentée à la municipalité concernée.

Robert Sylvestre a questionné la façon d'établir les cotes des zones inondables.
TC Media - Pierre Bellemare

Sous un autre angle, la suggestion d'une citoyenne de Saint-Barthélemy, Lise Laplante, a été bien reçue par les représentants gouvernementaux. Elle a proposé de hausser d'environ deux pieds la portion ouest du rang Du Fleuve (bordure du fleuve Saint-Laurent) à Saint-Barthélemy de manière à faciliter la circulation lors des inondations printanières. Ils éviteraient ainsi d'utiliser une chaloupe pour se déplacer. Les gens du secteur sont habitués à la crue printanière des eaux.

Un tel projet doit toutefois prendre son origine de la municipalité de Saint-Barthélemy. Les citoyens ont été invités à la contacter.

«Ce que vous avez proposé est envisageable. C'est à la localité et à la MRC de faire la proposition», a précisé Alain Latreille, coordonnateur du bureau régional du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

«On vient d'apprendre quelque chose», a sur le champ lancé un citoyen barthélemien.

Sous un autre angle, les échanges ont permis de démontrer l'inquiétude et le questionnement sur les éléments utilisés pour fixer les cotes 0-20 ans et 0-100 ans pour les zones inondables. Le Barthélemien Robert Sylvestre est principalement intervenu sur ce volet.

Le maire de Saint-Alphonse-Rodriguez, Robert Desnoyers, a voulu savoir pourquoi sa municipalité est incluse dans le décret.
TC Media - Pierre Bellemare

«On considère que les cotes sont bonnes. Elles peuvent être perfectibles», a fini par mentionner M. Latreille.

Ajoutons que Robert Desnoyers, maire de Saint-Alphonse-Rodriguez, a voulu savoir pourquoi sa municipalité est incluse dans la liste des localités touchées par le décret. «Il y a eu des problèmes de ponceaux, mais c'est à peu près tout. Je ne comprends pas pourquoi on nous a étendu au décret. Pourquoi on a tapissé si grand?», a-t-il questionné.

On lui a répondu que le décret pourrait être modifié.

Dans Lanaudière, 28 municipalités doivent y être soumises.

Une quarantaine de personnes ont pris part à la rencontre.
TC Media - Pierre Bellemare

Le décret fixe des règles relatives, notamment, aux travaux pouvant être effectués à des résidences principales touchées par les inondations du printemps dernier.

Le texte du décret et toute la documentation pertinente sont disponibles sur le portail www.mamot.gouv.qc.ca.