Il offre son art pour la cause


Publié le 18 mars 2017

Guilbo a peint cette toile peu après avoir reçu le diagnostic du cancer. Le gorille, dit-il, évoque la force de combattre.

©Photo TC Media - Caroline Morneau

« J'ai moi-même reçu un diagnostic du cancer, alors c'est quelque chose qui me touche personnellement. Mon émotion sera intense, c'est certain », témoigne Guilbo, un artiste bien connu de la région. À l'occasion du Relais pour la vie du Grand Joliette, il peindra une toile devant public qui sera vendue pour la cause.

Yannick Guilbault, connu sous le pseudonyme de Guilbo, vit de son art depuis environ trois ans. Et les affaires vont bon train. Bien établi à son atelier de Saint-Charles-Borromée, il vend ses œuvres à différents endroits dans la région, mais aussi à l'international. Sa spécialité: le « live painting ».

« Je vais partout dans le monde pour créer, à Las Vegas, dans l'Ouest canadien et aux Îles turquoises, entre autres. Ce qui m'allume, c'est de peindre spontanément, selon mon inspiration », explique-t-il, ajoutant que le « live painting » ne consiste pas nécessairement en une reproduction réaliste du paysage environnant, mais plutôt en une matérialisation de ce que le moment présent inspire à l'artiste. C'est un spectacle généralement effectué sur une scène, devant public.

« J'aime beaucoup peindre des animaux. Je trouve que les sentiments humains passent bien à travers eux. »

Le 16 juin prochain, à l'occasion du Relais pour la vie du Grand Joliette, Guilbo fera une démonstration de « live painting ». Mais cette fois, l'émotion qu'il ressentira sera particulière.

« Je me suis rallié à plusieurs causes déjà, mais celle-là, elle vient me chercher personnellement. Au Relais, on va mettre le paquet sur le plan visuel, c'est certain. Ce sera tout un show, on va mettre le budget nécessaire. »

Le père de quatre enfants a reçu un diagnostic du cancer de la tyroïde en 2013, puis a fait une récidive en 2014. Pour l'heure, il est en rémission, mais il n'écarte pas la possibilité que la maladie revienne.

« Quand on a un cancer, on n'en guérit jamais vraiment, c'est comme ancré en nous. On peut juste apprendre à se battre avec lui et non contre lui », philosophe celui qui a perdu un ami atteint de la maladie l'an dernier.

Non seulement prendra-t-il part au Relais pour la vie avec son équipe en tant que marcheur, mais il assumera aussi le rôle de survivant d'honneur lors de l'événement.

« Quand j'ai reçu mon diagnostic, je suis parti avec la haine. Mais, je n'ai pas mis trop de temps à accepter ma condition. Si jamais ça revient, je vais me battre. »

40 000 $ en toiles pour diverses causes

Si Guilbo se greffe pour la première fois à une cause qui le concerne directement, au Relais pour la vie, il n'en est pas à sa première implication auprès de la communauté.

Du « live painting », il en a fait au profit de plusieurs déjà, dont le Grand défi Pierre Lavoie et Mira, notamment. Chaque fois qu'il s'implique, ses toiles sont vendues et l'argent est remis aux diverses fondations auxquelles il s'associe. Dans la dernière année seulement, il calcule avoir fait don de près de 40 000 $ en peintures.

Ce weekend, à titre d'exemple, l'artiste organise une activité au profit de l'Entraide pour la déficience intellectuelle du Joliette Métropolitain à son atelier. Des bénéficiaires de l'organisme viendront peindre une toile avec lui et le résultat de leur travail de groupe sera mis aux enchères lors d'un brunch-bénéfice.

« J'ai énormément de demandes, alors c'est certain que quand j'accepte de me rallier à une cause, c'est parce qu'elle m'inspire. Parfois, aussi, ce sont les gens qui la défendent qui m'inspirent. »

Et qu'est-ce que Guilbo peindra au Relais pour la vie?

« Je ne sais pas encore, je vais vraiment y aller selon mon inspiration du moment. Je sais qu'il y a une thématique de cirque cette année, alors je vais peut-être jouer là-dessus. » 

À l'occasion du Relais pour la vie du Grand Joliette, il peindra une toile devant public qui sera vendue pour la cause.

©Photo TC Media - Caroline Morneau