L'école primaire de Manawan fermée pour une durée indéterminée


Publié le 17 mars 2017

L'école Simon P. Ottawa est fermée pour une durée indéterminée.

©Photo archives

SALUBRITÉ. L'école primaire de Manawan, Simon P. Ottawa, est fermée par mesure préventive. La direction des services éducatifs a pris cette décision après que des élèves et des membres du personnel aient ressenti des nausées, des maux de tête et des étourdissements.

« Dès que nous avons été informés de la situation, nous avons immédiatement pris les mesures qui s’imposaient. Pour nous et pour le conseil de Manawan, la santé et la sécurité des enfants est une priorité et nous ne devons rien laisser au hasard. L’école restera donc fermée jusqu’à ce que nous soyons absolument certains que les lieux sont sécuritaires et qu’ils ne représentent aucun danger pour les élèves et les membres du personnel », indique Annette Dubé, directrice des services éducatifs du conseil de bande de Manawan, par voie de communiqué.

Selon les informations qui nous ont été transmises, les malaises auraient été causés par des odeurs incommodantes dans l'enceinte scolaire.

Au moment d'écrire ces lignes, l'école était toujours fermée, et ce, depuis une semaine. Une enquête du service de l’aménagement communautaire de la réserve autochtone et du service d’incendie de la communauté est en cours afin d’identifier l’origine des odeurs et procéder aux correctifs nécessaires.

L'insalubrité ne date pas d'hier

La vétusté des installations de l’école primaire de Manawan, laquelle accueille 430 élèves, ne date pas d'hier. Depuis bientôt 10 ans, des démarches « infructueuses » sont entreprises auprès de la Direction régionale de Québec (AANC) et des instances gouvernementales fédérales afin de remédier à cette situation, rappelle le chef du conseil de bande, Jean-Roch Ottawa.

« On espère rouvrir l'école la semaine prochaine (semaine du 20 mars), si les lieux sont sécurisés. Le problème, c'est que les ennuis d'insalubrité reviennent toujours, même avec des rénovations. Ce qu'il faut, c'est construire une nouvelle école », nous a-t-il dit, lors de notre entretien, le 17 mars.

En 2015, rappelons-le, des travaux de réfection majeurs de 1,4 M$ s'achevaient à Simon P. Ottawa. L'Action avait rapporté en 2014 que l'établissement scolaire avait dû condamner cinq classes et un gymnase pour insalubrité.

« On a passé plein de tests ces dernières années qui confirment que l'école est insalubre et que ça peut être dangereux pour la santé des enfants. Nous ne pouvons pas nous permettre de fermer l'école à tout bout de champs, comme ça. Surtout que nous n'avons pas d'autres infrastructures pouvant accueillir des enfants, en attendant. »