Sections

La Mitaine a besoin de vous…plus que jamais


Publié le 6 octobre 2017

La salle La Mitaine est située au 614, rue Saint-Antoine.

©(Photo TC Media - Élise Brouillette)

COMMUNAUTÉ. La salle La Mitaine, qui fait partie des bâtiments cités biens patrimoniaux par la Ville de Joliette, vit des heures difficiles et elle fait aujourd'hui appel à la communauté dans le but de, tout simplement, survivre.

Tout d'abord, Martine Deslauriers, copropriétaire, souligne que la dernière année fut extrêmement difficile. Le public n'a pas toujours été au rendez-vous, ce qui a engendré l'annulation de spectacles. « On était sans arrêt déficitaire », se désole-t-elle. La méconnaissance de l'endroit pourrait selon elle y jouer un rôle, puisque la venue d'artistes établis a été annoncée au cours des derniers mois (Safia Nolin, Karen Young, Trio MISC).

Des problèmes au niveau du système d'égout ont aussi causé de gros maux de têtes aux propriétaires, entraînant des annulations, des pertes de revenus et des dépenses.

Véritable coup de massue pour la petite salle, elle fut victime d'un vol et de vandalisme majeur au début du mois de septembre. Le tout est présentement sous enquête. La Mitaine s'est fait voler tous ses équipements (son, éclairage, matériel de bar, inventaire d'alcool, outils). Une grande partie du système électrique du bâtiment (panneau électrique, filage, interrupteurs, fixtures) a été arraché des murs et des plafonds, volé ou très endommagé. Si la salle de spectacles n'a pas été touchée à quelques exceptions près, le sous-sol du bâtiment doit complètement être refait. Un circuit électrique temporaire a été installé pour permettre la tenue des cours de danse. La copropriétaire estime les dommages à 50 000 $.

Martine Deslauriers affirme être en attente du rapport final des assurances. Toutefois, ces dernières ne rembourseront pas tout et il y a aussi un déductible de 5000 $ à assumer.

Finalement, l'édifice vient d'être mis aux enchères par Joliette pour défaut de paiement de taxes.

Martine Deslauriers ne compte pas baisser les bras, mais plutôt se battre et réunir les fonds nécessaires pour remettre la salle sur les rails. Elle refuse que l'aventure se termine ainsi. « Une somme d'environ 30 000 $ permettrait à La Mitaine de rembourser ses dettes et de jouir d'une certaine marge de manœuvre », confie-telle. Elle lance donc une vaste campagne de financement afin de récolter les dons et les commandites. Tous ceux qui sont intéressés à venir prêter main-forte pour la démolition et la reconstruction sont aussi les bienvenus. Des corvées sont notamment prévues en ce long congé de l'Action de grâce. Des spectacles-bénéfices auront ensuite lieu au mois de novembre.

Sinon, la location de la salle se poursuit. Un spectacle de Souldia aura d'ailleurs lieu le 14 octobre à 20 h.  Si La Mitaine était disponible pour différents cours et des conférences, elle le sera bientôt pour des mariages et des événements privés.

Informations : www.lamitaine.com ou massaii3i@gmail.com.

L'édifice, d'abord un temple, a été érigé en 1902 par la communauté protestante de Joliette.  Le temple est appelé par les protestants « Meeting House », alors que les francophones catholiques l'appellent La Mitaine, par déformation du mot « meeting ». En raison d'une réorganisation des Églises méthodiste, congrégationaliste et presbytérienne du Canada, la petite église prend le nom de Joliette United Church en 1925. En 1988, la troupe de théâtre La Masquinerie acquiert l'édifice qui sert dorénavant de salle de spectacles et de lieu de formation culturelle.