Un parcours exemplaire, jusqu'à la retraite

Personnalité de l'année

Caroline Morneau caroline.morneau@tc.tc
Publié le 4 janvier 2017

Michel Ratelle est notre personnalité de l'année 2016 du milieu communautaire.

©Photo TC Media - Guillaume Morin

COMMUNAUTAIRE. Après une longue carrière de dévouement et d'implication, Michel Ratelle prenait sa retraite définitive, le 30 juin dernier. L'homme de 74 ans est notre personnalité de l'année 2016 du milieu communautaire.

L'équipe de L'Action a arrêté son choix sur M. Ratelle afin de lui rendre hommage et de souligner les efforts qu'il a fournis, tout au long de sa carrière, pour le bien de sa communauté.

"Je ne m'attendais pas à un tel honneur, ça me fait très plaisir", sourit-il.

M. Ratelle a terminé son parcours professionnel à titre de directeur général du Centre d'action bénévole Émilie-Gamelin, à Joliette. Il se dit fier de l'évolution de l'organisme au fil des ans.

"Quand je suis arrivé, se souvient-il, on avait un budget de roulement de 500 000 $ et on essuyait des déficits annuels d'environ 50 000 $. Quand je suis parti, en juin, l'organisme disposait d'un surplus accumulé de 1,4 M $".

Le Centre d'action bénévole distribue aujourd'hui 25 000 repas par année, comparativement à 8 000, il y a de cela 12 ans.

"Je suis content de ce que j'ai accompli ces douze dernières années, mais il faut dire que je n'ai pas réinventé la roue. Le Centre d'action bénévole offre les mêmes services qu'avant. La différence, c'est qu'à l'époque, tout était plus petit. Mon plan, à mon arrivée, c'était de prendre la structure existante et de la faire grossir. Je voulais développer les services existants et les fonds. C'est ce que j'ai fait."

Le résident de Saint-Charles-Borromée connait le milieu communautaire sur le bout des doigts et jouit d'une réputation enviable auprès de ses pairs. Tout au long de sa carrière, il a incité les organismes à œuvrer en complémentarité plutôt qu'à se faire compétition.

"Il y a une amélioration en ce qui a trait à la collaboration entre les organismes, mais il reste du travail à faire. Quand j'étais directeur du Centre d'action bénévole, je n'hésitais pas à référer les bénéficiaires à un autre organisme, lorsque je jugeais qu'il était pertinent de le faire. Il ne faut pas oublier que les organismes existent pour le bien des citoyens; l'entraide et le travail en complémentarité sont donc primordiaux".

Impliqué depuis l'enfance

Enseignant de formation, Michel Ratelle a servi le milieu de l'éducation durant plusieurs années. En plus d'avoir œuvré comme professeur et comme président du Syndicat des enseignants, il a occupé les fonctions de directeur d'école et de directeur du personnel enseignant. Puis, il est devenu directeur général de la Commission scolaire de L'Industrie, laquelle couvrait le secteur de Joliette avant la fusion menant à la création de la Commission scolaire des Samares.

Outre ses fonctions au niveau professionnel, M. Ratelle a siégé sur bon nombre de conseils d'administration à titre de bénévole. Il a notamment présidé les Centres jeunesse de Lanaudière, le comité en charge de la fusion des trois cégeps de la région et l'ancien Centre de santé et de services sociaux du nord de Lanaudière (CSSSNL).

Toute sa vie, il a œuvré bénévolement sur des tas de comités. Une envie de s'impliquer qu'il dit tenir de son père.

"Je suis issu d'une famille de 12 enfants. On n'était pas très riches, mais on aimait redonner à la communauté en rendant service. C'est comme ça qu'on nous a élevés, mes sœurs, mes frères et moi. D'aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours participé à des activités de bénévolat avec mon père."

"Michel Ratelle, c'est mon mentor" – Ann Soucy

Ann Soucy remplace Michel Ratelle comme directrice générale du Centre d'action bénévole Émilie-Gamelin, depuis que ce dernier a pris sa retraite, l'été dernier. Des chaussures très grandes à porter, selon elle.

"Michel Ratelle, c'est mon mentor, témoigne-t-elle. Je le connais depuis environ huit ans. C'est un homme qui a donné beaucoup à la société, un grand coup de pouce à la communauté. C'est un homme de cœur et il restera mon mentor."

"Un gars sérieux, mais bon vivant" – Guy Chevrette

L'ancien député de Joliette, Guy Chevrette, connaît Michel Ratelle depuis plus de 40 ans. Ils ont œuvré ensemble au Syndicat des enseignants.

"C'était mon patron à l'époque. Si quelqu'un mérite une reconnaissance, c'est bien lui. Quand je pense à Michel Ratelle, je pense à un gars sérieux, mais bon vivant. Il a toujours eu la volonté de comprendre les choses avant d'agir. Il est avide de connaître et a toujours pris des décisions éclairées."