Melançon: un brin d’espoir pour les «Béciks» jaunes

Raphaël
Raphaël Melançon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Montréal a ses «Bixi», Paris a ses «Vélib’», Londres a ses «Boris Bikes»… Joliette avait, jusqu’à tout récemment, ses «Béciks» jaunes. Mais, faute de financement adéquat, la Maison des jeunes Café-Rencontre 12-17 du Grand Joliette, qui a instauré le projet des vélos en libre-service il y a deux ans, n’a eu d’autres choix que d’annoncer la mort des «Béciks» cette semaine.

 

Malheureusement, le manque de volonté politique aura eu raison de cette initiative communautaire qui a permis à quatre jeunes lanaudois de vivre une expérience de travail fort enrichissante entre 2009 et 2010. L’organisme, basé à Notre-Dame-des-Prairies, a attendu jusqu’à la toute dernière minute une réponse à sa demande de subvention présentée au Plateau lanaudois intersectoriel (PLI), un regroupement régional réunissant 30 organismes et ministères. En vain. « On a l’impression que les gens qui octroient les budgets à Québec ne comprennent pas la réalité de ceux qui sont dans la nécessité », m’a confié en entrevue Marie-Chantal Bouchard, coordonnatrice de la Maison des jeunes. La réponse du PLI se fait pourtant attendre depuis novembre 2009. C’est beaucoup trop long, surtout quand on considère les maigres budgets avec lesquels les organismes communautaires doivent jongler chaque année.

 

Marie-Chantal Bouchard ne ferme cependant pas la porte à un éventuel retour des «Béciks» jaunes. Il reste donc un brin d’espoir, à condition qu’un financement récurrent soit garanti à l’organisme. Afin d’assurer le retour des «Béciks» l’an prochain, Mme Bouchard évalue sommairement à 50 000$ le montant nécessaire à la bonne conduite de ce projet d’économie sociale. C’est très peu, lorsqu’on prend en compte les frais d’entretien du parc de vélos, en plus des salaires que la Maison des jeunes doit verser à ses jeunes employés et à leur responsable.

 

D’autant plus que les résultats sont au rendez-vous : près de 700 000 km ont été parcourus cet été. Cela représente près de 132 000 kilos de CO2 en moins si le même trajet avait été effectué en voiture. Une réussite tant sur le plan social que sur le plan environnemental.

 

Espérons que les décideurs du PLI s’empresseront d’accorder à la Maison des jeunes le financement requis. Vivement un retour des «Béciks» jaunes sur les pistes cyclables du Grand Joliette!

Organisations: Maison des jeunes

Lieux géographiques: Grand Joliette, Montréal, Paris Londres Notre-Dame-des-Prairies Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires