Le Québec, champion mondial de la qualité de vie

Louis
Louis Cornellier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Québec va-t-il mal? Nos systèmes de santé et d’éducation sont-ils vraiment aussi mauvais que certains commentateurs de droite le disent? Le Québec, sur le plan économique, est-il une société bloquée, sur son déclin? François Legault, par exemple, en se basant sur la seule mesure du produit intérieur brut (PIB), affirme que le Québec est pauvre et que son niveau de vie est plus faible que celui de ses voisins américain et canadien. Il est vrai, en effet, que le PIB du Québec est plus faible que celui du Canada ou des États-Unis. Pourtant, fondamentalement, Legault a tort.

Le PIB, qui mesure « la valeur de l’ensemble des biens et des services produits sur un territoire donné au cours d’une période de temps donnée », ne mesure pas vraiment le bien-être d’une population. La richesse globale d’une société n’entraîne pas nécessairement une augmentation de la qualité de vie de l’ensemble des citoyens. Plusieurs autres facteurs doivent être pris en considération afin de mesurer le bien-être d’une population.

Le 24 mai 2011, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), un organisme qui regroupe les 34 pays les plus développés de la planète, lançait son indice « Vivre mieux » dont le but est de mesurer le bien-être des populations. Cet indice se base sur 11 thèmes reliés aux conditions de vie matérielles (logement, revenu, travail) et à la qualité de vie (éducation, santé, vie communautaire, environnement, gouvernance, bien-être subjectif, sécurité et conciliation vie-travail) et divisés en 20 indicateurs.

Dans Le Québec économique 2011 (PUL, 2012), les économistes Luc Godbout et Marcelin Joanis appliquent cet indice au Québec, ce que l’OCDE, qui ne fournit que des statistiques par pays, ne fait pas. Le résultat de l’exercice est stupéfiant et détruit le mythe du Québec qui va mal. Selon l’indice « Vivre mieux », en effet, le Québec est l’endroit qui offre la meilleure qualité de vie au monde! Seuls le Canada et l’Australie lui font concurrence sur ce terrain.

Sous le thème « logement », l’indice mesure le nombre de pièces disponibles par personne (le Canada est premier et le Québec, 2e) et la proportion de logements sans installations de base (le Québec en compte moins que la moyenne de l’OCDE).

En matière de revenu disponible par habitant, le Québec est derrière les États-Unis et le Canada, mais au-dessus de la moyenne de l’OCDE. La même remarque s’applique à l’avoir financier par habitant.

Pour le thème « travail », l’indice mesure le taux d’emploi (à 71,1 %, le Québec est tout juste devancé par le Canada, mais surpasse les États-Unis) et le taux de chômage à long terme (plus faible au Québec que presque partout ailleurs).

Sous la rubrique « éducation », sont mesurés le pourcentage de la population adulte détenant au moins un diplôme d’études secondaires (85 % au Québec, 87 % au Canada et 72,6 % dans l’OCDE) et la compétence en lecture selon le test PISA pour laquelle le Québec est dans le peloton de tête.

Dans le domaine de la santé, le Québec devance la moyenne de l’OCDE en matière d’espérance de vie (80,7 ans par rapport à 79,2 ans) et n’est dépassé que par la Nouvelle-Zélande en ce qui concerne la perception subjective de l’état de santé.

La vie communautaire (aide en cas de besoin) se porte aussi très bien au Québec, tout comme la conciliation vie-travail. Le Québec, de plus, est un des endroits les plus sécuritaires au monde (faibles taux d’homicide et d’agression). La satisfaction globale à l’égard de la vie est d’ailleurs plus élevée au Québec que partout dans l’OCDE, sauf au Danemark.

Économistes associés au centre droite, Godbout et Joanis ne peuvent être accusés de pratiquer un jovialisme de gauche. Ils montrent pourtant, chiffres à l’appui, que le Québec, grâce à son modèle social-démocrate, est le champion mondial de la qualité de vie. Cela admis, ils nous invitent à ne pas oublier qu’une saine gestion des finances publiques est nécessaire pour assurer la pérennité de ce bien-être. On y reviendra.

louisco@sympatico.ca

Organisations: Organisation de coopération, Le Québec, Économistes associés

Lieux géographiques: Québec, Canada, États-Unis Australie Nouvelle-Zélande Danemark

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Henri Pierre
    28 mai 2013 - 11:13

    Le Québec c'est juste géant (ne le répétez surtout pas)!

  • Jacques Famery
    02 mars 2012 - 18:45

    '' Seuls le Canada et l’Australie lui font concurrence sur ce terrain.'' Bien content de savoir que le Québec fait encore parti du Canada! Mais quand vous dites qu'on est d.vancer ''juste'' par le Canada, ou le Québec ce situe t'il...pour la dette, je crois qu'au dernière nouvelle on était bon dernier. Mais Lisée va arranger ça!

  • Solange Tougas
    02 mars 2012 - 13:26

    Vous êtes très positif cette semaine avec toutes ces analyses de l'OCDE. Je tiens juste à vous rappeler que cette même organisation, à partir d'une enquête internationale sur le niveau d'alphabétisme de la population, a évalué qu'au Québec, 1.3 million, oui 1.3 million de québécoisEs ont un très faible niveau d'alphabétisme et se situent en bas du 3e niveau (niveau souhaitable dans une société comme la nôtre) Je veux vous rappeler également que le taux de décrochage scolaire dans notre région est un des plus élevé au Québec. La pauvreté grandit et ce dans chacune des MRC de Lanaudière. Avant que vous le pensiez, je ne suis pas de droite, je suis une personne qui travaille dans le communautaire et qui, à chaque jour, côtoient des personnes aux prises avec toutes sortes de problématiques...Ce qui me fait dire qu'il faut regarder toutes les facettes de ce monde et surtout s'engager, qu'on soit de gauche ou de droite, à ce qu'il devienne meilleur pour bon nombre de personnes.